Historique

BIOVITIS : précurseur dans la réduction des pesticides et la mise en place de plan Ecophyto en Gironde.

  • 2015 : multiplication des expériences et confirmation des résultats des solutions alternatives. Multiplication des sites conduits en fertilisation géolocalisée grâce aux cartographies NDVI.

  • 2014 : agrandissement des surfaces et multiplication des sites conduits en programmes « alternatifs ». Réflexions sur les modalités de développement à grande échelle. Mise en place d'un programme pilote de raisonnement de la fertilisation géolocalisée avec Telespazio.

  • 2013 : application sur parcelles de viticulteurs des solutions isolées en petites parcelles. Confirmation des résultats expérimentaux obtenus précédemment.

  • 2012 : les résultats obtenus confirment ceux obtenus en 2011. Certaines solutions naturelles s'avèrent un complément intéressant de la lutte contre l'oidium, le mildiou et le Botrytis de la vigne.

  • 2011 : les solutions naturelles testées en petites parcelles permettent d'envisager une protection basique de la vigne tout en améliorant la qualité des raisins ; elles seront reconduites.

  • 2010: les premiers essais de recherche de solutions alternatives au soufre au vignoble donnant d'excellents résultats, ils seront reconduits et développés en 2011.

  • 2009: l'utilisation d'une modélisation performante suppose l'achat de stations météo adéquat afin de limiter l'emploi des pesticides en raisonnant encore davantage leur utilisation. Installation d'un réseau permettant d'estimer les risques sur le vignoble.

  • 2008: les essais de substitution du Phoséthyl d'Aluminium par un produit aux performances similaires mais sans aluminium sont probantes. La substitution est en cours de développement dans la clientèle malgré une réglementation ambigüe et la réticence des utilisateurs à abandonner une matière active qui a rendu de grands services techniques.

  • 2005: les essais en tour de Potter délégués à l'INRA de Bordeaux montrent la toxicité des insecticides organo-phosphorés sur le principal parasitoïdes des cicadelles vertes. Cette expérience vient confirmer notre retour terrain où les organo-phosphorés ont été supprimés des préconisations depuis 2004.

  • 2004: suite à une intoxication personnelle hors clientèle, est décidée la suppression de la préconisation des insecticides organo-phosphorés, y compris peu toxiques selon leur classification officielle.

  • 2003: les essais de substitution des IBS et autres QOI par le Soufre mouillable étant positifs, ce dernier remplace les produits chimiques de synthèse dans toute la clientèle.

  • 2002/2003: un inventaire faunistique comparatif réalisé par notre équipe technique (conférences internationales sur les auxiliaires, Lille, 2006) permet de démontrer la régulation naturelle des populations de ravageurs en production biologique alors que les autres systèmes -raisonnés et intégrés- n'atteignent pas les limites de l'équilibre biologique nécessaire à une régulation naturelle du couple prédateurs/ravageurs. Décision est prise de favoriser autant que faire se peut le développement de la production biologique.

  • 2001: la recherche d'un substitut au folpel par notre équipe expérimentale est positive; elle est proposée systématiquement aux clients de Biovitis dans les préconisations. C'est enfin l'abandon du plus toxique connu des fongicides viticoles.

  • 2000: mise au point d'une méthode de lutte biologique contre les cicadelles vertes de la vigne en substitution des insecticides classiques de synthèse (Phytoma, 1997). Echec du développement lié à l'absence de partenaires motivés suite à la publication de contre-résultats par l'ENITA de Bordeaux. Depuis 2005, d'autres instituts techniques ont redémontré l'intérêt de la technique développée aux USA et au Canada.

  • 1999: les essais d'utilisation de produits alternatifs ou "naturels" démontrent l'efficacité partielle mais intéressante de certains d'entre eux intégrés aux conseils.

  • 1998: Biovitis est le premier cabinet conseil indépendant en viticulture à proposer un programme phytosanitaire excluant les produits classés en toxicologie humaine et à en assumer la responsabilité. Nous conseillons pour cette raison depuis cette date un Centre d'Aide par le Travail (CAT de Villambis) afin de ne pas perturber les handicapés.

  • 1997 : la recherche des causes de développement de l'oidium et des cicadelles vertes des grillures démontre l'importance de la voie trophique. Les bases d'une fertilisation intégrée de la vigne sont lancées.

  • 1996 : des viticulteurs lancés dans la production biologique et biodynamique font appel à nos conseils pour optimiser leurs méthodes.

  • 1995 : les produits classés "T" ne sont pas préconisés. La lutte raisonnée est notre cheval de bataille.