Plaidoyer pour l'osier

Publié le vendredi 29 juin 2018 à 16:16

BIOVITIS SUGGERE L'AGREMENT OFFICIEL DE L'EXTRAIT NATUREL D'OSIER AU TITRE DES SOLUTIONS UTILISABLES EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE

La tisane d’osier est encore méconnue des viticulteurs, y compris en agriculture biologique. Pourtant, ses effets bénéfiques sont tangibles, tant du point de vue phytosanitaire que physiologique. De plus, sa disponibilité historique dans les vignobles dont elle agrémente les paysages et favorise la biodiversité, et la facilité de sa mise en place, ainsi que son très faible coût, en font un allié appréciable de la phytoprotection de la vigne, et de la recherche de qualité.

Moins connus, ses effets sont aussi notables sur l’oïdium tardif du feuillage où elle peut constituer, associée à une couverture cuprique, un moyen de réduction important des attaques et donc de l’inoculum pour l’année suivante, permettant ainsi de diminuer les doses d’anti-oïdium dont le soufre en AB, responsable de nombreuses pertes de récolte par échaudage, et de cumuler ainsi des réductions de pesticides sur les deux principales maladies de la vigne.

L'écorce d'osier (Salix Spp Cortex) a été agréé comme substance naturelle de base (PNPP) en juillet 2015 par la DG SANCO (Basic Substance Salix cortex SANCO/12173/2014– rev. 4, 29 May 2015). S’en ai suivi le texte suivant portant autorisation d’usage de l’osier en protection des cultures:

« RÈGLEMENT D'EXÉCUTION (UE) 2015/1107 DE LA COMMISSION du 8 juillet 2015 portant approbation de la substance de base Salix spp. cortex conformément au règlement (CE) no 1107/2009 du Parlement européen et du Conseil concernant la mise sur le marché des produits phytopharmaceutiques, et modifiant l'annexe du règlement d'exécution (UE) no 540/2011 de la Commission. »

Par ailleurs, le groupe d’experts EGTOP (Expert Group for Technical Advice on Organic Production) a donné ses conclusions quant à l’agrément de l’osier en bio. La conclusion extraite du « Final report of plant protection » du 26 octobre 2016 (page 11) figure ci-dessous:

 « The Group concluded that the use of Salix spp. cortex is in line with the objectives, criteria, and principles of organic farming as laid down in Council Regulation (EC) No 834/2007. It should therefore be included in Annex II without additional restrictions.

Proposed listing: ‘Salix spp. cortex’ (aka willow bark extract)’ »

 

Malgré cette décision scientifique, ainsi que l'évaluation "sans risque pour l'homme et l'environnement" de l'écorce d'osier lors de son inscription officielle comme Produit Natrurel Peu Préoccupant, la commission d'agrément des intrants en agriculture biologique tarde à valider son autorisation et en repousse sans cess l'échéance.

Dans ce contexte et compte-tenu de ses qualités, le refus d’accepter l’utilisation des extraits d’écorces d’osier dans la production biologique nous parait dénué de fondement scientifique et déconnecté de la problématique vécue par l’ensemble de la production biologique.

 

Nous pensons qu'il est urgent d’inscrire cette solution naturelle au rang des solutions utilisables en agriculture biologique, d'autant qu'elle permet une réduction notable des doses de cuivre au champ.

Revenir aux actualités

Retour en haut de page

Plaidoyer pour l'osier