Le mildiou de la vigne en Gironde en 2018

Publié le vendredi 03 août 2018 à 18:57

La campagne de lutte contre le mildiou de la vigne a été particulièrement difficile en 2018. Quelles en sont les causes ? Comment y remédier ? quelles perspectives d’avenir ?

BIOVITIS, cabinet conseil en viticulture depuis 1995 et producteur de solutions naturelles depuis 2016, propose son analyse technique à la réflexion régionale.

 

  1. Biologie du mildiou:

 

Comme l’ont montré les études de l’université Pierre et Marie Curie (Congrès BASF, Paris, 2000), le mildiou possède deux caractéristiques essentielles qui lui confèrent une adaptabilité particulière : 

  • C’est un hétérocaryote : composé de plusieurs noyaux, son patrimoine génétique se combine constamment durant la phase sexuée pour lui conférer une très grande adaptabilité aux conditions de l’année et aux moyens de lutte chimique utilisés. Il n’y a donc pas UN mildiou mais DES mildious, avec un nombre de possibilités phénotypiques qui dépasse la vision humaine. En outre, les biocides sont mis à rude épreuve puisque les souches qui se développent peuvent rapidement contourner leurs modes d’actions.
  • C’est une algue flagellée qui se développe au prorata des saisons humides. L’eau stagnante est particulièrement favorable à son développement, et chaque épisode pluvieux autorise une contamination systématique puisque son flagelle lui confère une migration qu’il est seul à posséder dans parmi les phytopathogènes.

D’autres travaux ont montré depuis (station de recherche Agroscope, Changin) que les contaminations primaires avaient lieu toute l’année, et qu’elles autorisaient la sélection d’un génotype dominant susceptible d’être parfaitement adapté à la saison en cours, voire à ces facteurs favorisants ou inhibiteurs… Ils montrent que deux traitements sont déterminants dans la lutte contre le mildiou :

  • Celui qui bloque les contaminations primaires en début d’année, limitant l’extension du gène dominant,
  • Ceux qui bloquent le développement des contaminations secondaires à compter du 3° cycle ou repiquage.

 

Le mildiou est donc un cas unique en phytopathologie, doué d’une virulence et d’une adaptabilité impressionnantes qui expliquent son extension à toute l’Europe en seulement trois ans à la fin du 19° siècle.

 

 

  1. Contexte de l’année climatique 2018:

 

L’hiver 2017/2018 a été marqué par une situation climatique pluvieuse et douce, favorable à la conservation des œufs de mildiou et à la précocité de la maturation en quantité importante tel que le présentait déjà Joseph Capus en 1930 (« Comment combattre le mildiou de la vigne »).

Cécile Ronzon (INRA UPV de Villenave d’Ornon, Gironde) a montré en 1987 que la date de maturation des œufs était corrélée à la virulence de l’attaque :

Plus les œufs sont murs tôt, plus l’attaque peut être importante dans la modélisation d’une évolution épidémiologique exponentielle de la maladie.

Pour autant, nous savons depuis ces études que les conditions printanières déterminent la virulence du parasite pour la saison. La succession des cycles biologiques est déterminée par les pluies qui favorisent – ou pas- les contaminations primaires (phase sexuée) puis secondaires (phase asexuée).

 

Le raisonnement de la lutte est donc basé sur la prise en compte continue des conditions climatiques nécessaires au développement du champignon depuis sa conservation jusqu’à la sporulation au travers des données météo.

 

Aussi, les conseils de BIOVITIS, s’appuient-ils sur un réseau de stations météo automatiques qui autorise la détection des contaminations de la vigne par le mildiou en temps réel, entre autres maladies.

Le tableau ci-dessous issu des données météo de la station de Léognan, montre que les conditions de développement du mildiou ont été particulièrement favorables à celui-ci cette année.

  HC Air temperature [°C]     HC Relative humidity [%] Precipitation [mm] Leaf Wetness [min] Wind speed [m/s]   Daily ET0 [mm] Conatmination
Date/Time avg max min avg sum time avg max Daily ET0 [mm] Oui/Non
25/04/2018 00:00 14,23 17.71 10.33 78.92 0,4 305 1.3 3.2 1,3 OUI
26/04/2018 00:00 12,96 19.39 5.72 70.47 0 670 0.2 2.1 1,2 NON
27/04/2018 00:00 11,67 17.67 4.84 74.93 0 355 1.6 5.4 1,2 NON
28/04/2018 00:00 10,27 13.96 7.04 91.45 14,6 1075 0.1 1.1 1,6 OUI
29/04/2018 00:00 11,53 14.04 9.59 87.37 4,4 965 1.8 5.3 0,8 OUI
30/04/2018 00:00 9,73 13.80 6.75 92.59 18,8 1355 1.2 4.2 1,2 NON
01/05/2018 00:00 10,01 15.17 5.28 78.80 0,2 725 0.6 2.4 1,1 OUI
02/05/2018 00:00 9,41 16.24 1.87 80.96 1 805 1.0 3.8 1,1 NON
03/05/2018 00:00 11,7 15.04 10.01 91.32 2 995 1.5 2.9 1,4 OUI
04/05/2018 00:00 13,36 20.46 7.00 68.80 0,2 125 1.0 3.5 1,1 OUI
05/05/2018 00:00 16,42 24.97 9.67 68.04 0 0 0.8 3.0 1,9 NON
06/05/2018 00:00 18,48 26.14 11.92 74.85 0 0 0.4 2.2 1,7 NON
07/05/2018 00:00 20,68 28.63 12.84 68.31 0 295 0.7 3.1 1,6 NON
08/05/2018 00:00 16,61 21.90 13.99 81.56 0 0 2.1 4.1 2 NON
09/05/2018 00:00 16,2 21.92 11.33 73.44 0 0 1.8 4.3 1,7 NON
10/05/2018 00:00 14,63 20.81 9.89 68.87 0,4 425 0.8 2.6 2,1 OUI
11/05/2018 00:00 15,32 26.74 4.99 66.90 0 380 1.1 3.3 1,7 NON
12/05/2018 00:00 11,64 14.32 8.43 92.58 14,4 1005 0.8 4.2 2,5 OUI
13/05/2018 00:00 10,18 15.17 4.43 76.79 1 345 1.2 4.2 0,8 OUI
14/05/2018 00:00 10,87 14.53 6.49 84.45 3,2 610 0.9 3.1 1,5 OUI
15/05/2018 00:00 14,84 20.11 11.33 79.48 0,2 615 1.8 4.0 1 OUI
16/05/2018 00:00 15,6 20.88 12.26 79.50 0 0 1.6 3.5 1,9 NON
17/05/2018 00:00 15,81 22.40 11.14 86.35 0 535 0.3 2.3 1,7 NON
18/05/2018 00:00 18,79 26.50 10.49 65.96 0 265 0.3 2.0 1,1 NON
19/05/2018 00:00 18,32 24.14 10.31 59.40 0 180 0.4 2.0 1,6 NON
20/05/2018 00:00 18,07 26.61 8.53 60.36 0 225 0.2 1.6 1,6 NON
21/05/2018 00:00 17,89 25.84 11.05 75.13 2,6 330 0.4 2.3 1,6 OUI
22/05/2018 00:00 17,93 25.83 11.50 76.35 0,2 300 0.4 2.0 1,4 OUI
23/05/2018 00:00 19,28 27.40 11.93 72.18 0 440 0.3 2.2 1,5 NON
24/05/2018 00:00 19,52 27.19 12.12 74.40 0 405 0.3 2.3 1,6 NON
25/05/2018 00:00 18,49 23.00 14.27 86.47 2,4 630 0.1 1.8 1,4 OUI
26/05/2018 00:00 18,47 25.18 15.36 88.85 33,8 480 0.3 5.5 0,9 OUI
27/05/2018 00:00 18,71 24.47 14.72 84.36 0,2 670 0.4 1.9 1,1 OUI
28/05/2018 00:00 17,79 22.11 15.41 88.56 9,6 755 0.4 2.6 1,2 OUI
29/05/2018 00:00 17,98 23.07 14.39 84.44 1,4 675 0.9 2.6 1 OUI
30/05/2018 00:00 17,57 23.66 13.14 82.55 2,2 640 0.4 2.0 1,3 OUI
31/05/2018 00:00 17,16 20.81 14.53 85.31 0 40 0.9 2.9 1,2 NON
01/06/2018 00:00 19,49 25.19 13.77 76.74 0 0 0.2 1.7 1,1 NON
02/06/2018 00:00 21,28 28.05 13.98 70.33 0 320 0.1 1.2 1,2 NON
03/06/2018 00:00 20,78 27.86 17.58 77.80 0,2 160 0.3 2.2 1,5 OUI
04/06/2018 00:00 19,01 23.12 16.72 85.64 2,2 195 0.9 2.6 1,4 OUI
05/06/2018 00:00 16,7 18.87 15.03 92.05 6,8 1240 0.6 2.3 1,2 OUI
06/06/2018 00:00 17,36 22.04 15.01 87.29 7,6 805 1.0 2.8 0,9 OUI
07/06/2018 00:00 19,1 24.96 13.32 80.28 0 15 0.5 2.4 1,5 NON
08/06/2018 00:00 21 27.71 13.41 75.46 0,2 315 0.2 2.0 1,7 OUI
09/06/2018 00:00 21,59 26.02 18.38 72.96 0,6 250 0.8 2.5 1,4 OUI
10/06/2018 00:00 19,99 25.83 14.93 76.17 0,8 680 0.4 2.0 1,7 OUI
11/06/2018 00:00 17,21 20.53 14.66 89.94 10,4 1185 0.8 3.0 1,4 OUI
12/06/2018 00:00 16,93 23.13 14.01 89.80 6,8 1075 0.7 2.3 1,1 OUI
13/06/2018 00:00 18,67 23.12 14.92 82.20 1,2 620 0.8 2.3 1,2 OUI
14/06/2018 00:00 17,79 22.85 13.33 80.22 0 0 0.5 2.5 1,3 NON
15/06/2018 00:00 17,11 21.67 13.52 88.57 2,6 460 0.4 2.3 1,3 OUI
16/06/2018 00:00 16,66 21.56 11.34 76.32 0 0 0.7 2.6 1,1 NON
17/06/2018 00:00 17,98 23.25 13.13 73.43 0 0 0.9 2.9 1,4 NON
18/06/2018 00:00 18,21 23.54 12.92 83.67 1,6 220 0.4 1.6 1,6 OUI
19/06/2018 00:00 21,22 28.42 12.19 73.28 0 0 0.2 1.7 1,2 NON
20/06/2018 00:00 25,06 33.53 15.78 70.03 0 335 0.1 1.2 1,6 NON
21/06/2018 00:00 24,03 30.05 19.44 81.92 0 320 0.9 2.6 1,6 NON
22/06/2018 00:00 21,14 26.72 16.02 52.95 0 0 0.6 1.7 1,9 NON
23/06/2018 00:00 20,98 28.19 13.34 49.29 0 0 0.4 2.1 2,2 NON
24/06/2018 00:00 21,66 28.98 12.93 53.93 0 0 0.3 1.5 2 NON
25/06/2018 00:00 22,85 30.54 14.93 49.55 0 0 0.3 1.4 1,7 NON
26/06/2018 00:00 24,73 32.59 16.39 54.71 0 0 0.1 0.8 2 NON
27/06/2018 00:00 22,52 31.35 15.22 76.53 0 0 0.8 2.9 1,7 NON
28/06/2018 00:00 24,41 31.73 19.11 65.40 0 0 0.3 1.3 2 NON
29/06/2018 00:00 23,64 32.25 15.70 67.01 0,2 510 0.1 1.4 1,9 OUI
30/06/2018 00:00 25,92 35.06 17.71 63.84 15,6 130 0.4 6.5 1,6 OUI
01/07/2018 00:00 24,89 32.09 19.04 77.27 10,6 715 0.4 2.4 2 OUI
02/07/2018 00:00 22,78 28.67 17.76 76.41 5,6 420 1.0 4.2 1,8 OUI
03/07/2018 00:00 22,76 28.41 17.39 78.65 0 455 0.3 1.5 2 NON
04/07/2018 00:00 20,54 29.16 16.57 84.97 15,4 480 0.5 5.9 1,4 OUI
05/07/2018 00:00 19,57 24.20 16.14 86.67 8,8 815 0.8 2.9 1,3 OUI
06/07/2018 00:00 20,43 25.60 17.11 80.47 0 0 0.3 1.6 1,5 NON
07/07/2018 00:00 22,9 31.27 14.14 73.52 0,2 330 0.1 0.8 1,1 OUI
08/07/2018 00:00 25,11 32.77 16.27 63.11 0 95 0.1 1.1 1,5 NON
09/07/2018 00:00 24,61 31.84 17.17 66.59 0 0 0.2 1.8 1,6 NON
10/07/2018 00:00 23,64 29.54 15.73 64.45 0 210 0.3 2.3 1,5 NON
11/07/2018 00:00 23,06 29.72 15.68 63.07 0 155 0.4 2.6 1,8 NON
12/07/2018 00:00 22,15 28.71 14.47 56.81 0 0 0.5 2.1 1,8 NON
13/07/2018 00:00 22,39 30.85 13.52 64.82 0 240 0.1 0.9 1,9 NON
14/07/2018 00:00 25,65 32.79 19.45 58.26 0 0 0.1 1.4 1,5 NON
15/07/2018 00:00 25,28 33.69 18.67 68.75 3,4 380 0.2 2.6 1,6 OUI
16/07/2018 00:00 21,27 26.88 16.25 78.51 5 515 0.9 3.0 1,6 OUI
17/07/2018 00:00 22,02 28.37 16.35 76.09 0 0 0.3 1.9 1,7 NON
18/07/2018 00:00 23,67 31.77 16.95 69.21 0 0 0.2 2.6 1,4 NON
19/07/2018 00:00 24,24 32.79 16.45 70.31 0 0 0.5 2.5 1,4 NON
20/07/2018 00:00 22,49 27.72 17.13 62.73 0 0 0.9 2.6 1,9 NON
21/07/2018 00:00 20,41 25.45 15.66 69.77 0 50 0.6 2.3 1,8 NON
22/07/2018 00:00 20,8 27.81 13.53 73.43 0 0 0.3 1.7 1,6 NON
23/07/2018 00:00 16,51 25.24 13.98 93.05 0 0 0.0 0.2 1,5 NON

 

On compte jusqu’à plus de 40 jours de contaminations, avec dans certain cas 3 contaminations par jour. Pour mémoire, l’année 2007 servant de référence en la matière indiquait 37 contaminations au total.

 

Nous sommes donc en présence de l’année la plus favorable au mildiou connue à ce jour dans la région bordelaise.

 

L’efficacité des anti-mildiou du marché étant officiellement validée à partir de 75%, efficacité moyenne de la référence « pénétrant » CEB, il faut comprendre que leur efficacité n’est pas totale en présence d’une pression exceptionnelle, justifiant ainsi le resserrement voire l’accumulation des traitements pour juguler l’agresseur par superposition des efficacités .

 

  • Stratégie de lutte et moyens de traitements:

 Stratégie de lutte :

La lutte contre le mildiou de la vigne repose sur plusieurs facteurs de réussite connus que sont :

  • La prophylaxie pour limiter l’inoculum telle que l’épamprage, le palissage, la limitation des travaux du sol, l’absence d’herbe sous le rang, la limitation des zones humides par le drainage, etc.
  • La prévention des foyers primaires en début de saison détectés par le suivi de la maturation des œufs de mildiou et la modélisation,
  • La lutte contre les contaminations secondaires faisant appel aux différents moyens de luttes naturels, biologiques et/ou chimiques en dernier recours,
  • Le renouvellement des traitements selon la pousse de la vigne et le lessivage,
  • L’alternance des familles chimiques en évitant celles générant des résistances du pathogène selon la note nationale « mildiou »,
  • Les contraintes organisationnelles et réglementaires de plus en plus présentes,
  • Le respect des « Bonnes Pratiques Agricoles » incluant la qualité de la pulvérisation, gage de performance finale de la stratégie de lutte.

 

A la lutte raisonnée basée sur la détection des premières taches dans la région pour déclencher les traitements, a succédé une lutte plus préventive et plus sécure afin de couvrir toute contamination primaire et à fortiori secondaire dans la région.

Lorsque les œufs sont murs et le stade « grappes visibles » atteint, elle est lancée dès les premières pluies avec une température supérieure à 11°C, conformément aux études épidémiologiques de la recherche régionale et devenues nationales (INRA, UPV, Villenave d’Ornon). Ces aspects biologiques sont aujourd’hui largement modélisés au travers d’outils d’aide à la décision aux résultats diffusés par les organismes officiels, les firmes phytosanitaires, la distribution, les cabinets conseil dont BIOVITIS, et le BSV.

 

A noter que les viticulteurs – et plus largement les agriculteurs- disposent désormais d’une source de renseignements techniques officielle émanent des différents intervenants par culture : le Bulletin de Santé du Végétal.

 

Depuis prêt de dix ans, la régulation de la dose en fonction de la surface foliaire a été mise en avant par les services de l’interprofession viticole (IFV) afin de réduire les Indices de Fréquence des Traitements à un stade physiologique où la vigne, peu développée, semblait sur traitée, laissant la place à des économies de pesticides favorables au respect de l’homme, de l’environnement, et des consommateurs.

  

  • Moyens de lutte :

Obligatoire depuis 2014, « La lutte intégrée est l'application rationnelle d'une combinaison de mesures biologiques, biotechnologiques, chimiques, physiques, culturales ou intéressant la sélection des végétaux dans laquelle l'emploi de produits chimiques phytopharmaceutiques est limité au strict nécessaire pour maintenir la présence des organismes nuisibles en dessous de seuil à partir duquel apparaissent des dommages ou une perte économiquement inacceptables. » Définition de la CEE 91/414

La réglementation européenne met donc l’accent sur l’utilisation rationnelle de tous les moyens de lutte pour n’utiliser la lutte chimique qu’en dernier recours.

En 2008 en France, le lancement du plan « Ecophyto I » prévoyait la réduction « si possible » des produits phytosanitaires de 50% en 2018.

Aboli en 2012, ce plan a été rebaptisé en 2015 « Ecophyto II » avec une obligation de réduction des IFT de 25% en 2020 et de 50% en 2025.

Progressivement, l’utilisation des pesticides s’oriente donc vers une réduction programmée.

 

  • Aspects réglementaires :

Parallèlement, l’application de la directive européenne 1107/2009 revoyait la délivrance des AMM en renforçant les études éco-toxicologiques préalables et en abaissant les seuils de toxicité acceptables.

Un grand nombre de molécules chimiques se sont ainsi vues retirées leur AMM. L’hécatombe se poursuit au prorata du réexamen des molécules soumises à repasser les tests d’homologation tous les dix ans selon cette même directive.

En France, ces mesures ont été accompagnées par l’introduction de ZNT (Zone Non Traitée) puis de DRE (Délai de Re Entrée dans les parcelles) au travers de la loi sur l’eau puis de la loi d’orientation agricole de 2004.

Enfin, suite à des incidents sanitaires survenus à proximité de lieux publics en Gironde, des restrictions sont apparues sur l’usage des pesticides à proximités des lieux publics au travers d’arrêtés préfectoraux.

A noter que sous le terme de « pesticides » on entend tous les produits biocides à vocation de protection des cultures. Ainsi, les produits entrant dans le cahier des charges de l’agriculture biologique sont des pesticides au même titre que les PNPP (Produits Naturels Peu Préoccupants) dont font partie la tisane d’osier et de prêle ainsi que le purin d’ortie reconnues « substances de base » par la CEE.

De nombreuses restrictions réglementaires pèsent donc désormais sur la lutte chimique de synthèse ou naturelle rendant plus difficile la préservation des récoltes.

 

  • Modes d’action et résistances :

Les produits phytosanitaires sont classés différemment selon leur(s) famille(s) chimique(s), leur mode d’action, leur positionnement dans la plante, leur rémanence.

Sachant que chaque spécialité peut contenir plusieurs molécules chimiques, on distingue des modes d’action différents selon la cible biochimique sur laquelle elle agit.

Ainsi différencie-t-on :

  • les produits préventifs, stoppants, antisporulants ou curatifs selon qu’ils préviennent une contamination, la bloquent pendant l’incubation, ou empêchent la fructification. Les produits dits « curatifs » n’existent pas dans la lutte anti mildiou, mais se rencontrent sur oidium, champignon externe.
  • les produits dits « uni sites », agissant sur un seul site actif, des produits « multi sites » touchant plusieurs cibles biologiques du pathogène.
  • les produits de contact bloqués à la surface de la plante, des pénétrants qui traversent la cirrhe cuticulaire, des systémiques qui sont redistribués dans la plante par la sève.

 

La prolifération des familles chimiques unisites génère des risques de résistance accrus ces dernières années où ces molécules ont vu leur résistance au champ se déclarer, à quelques rares exceptions prêt.

L’alternance des familles chimiques a donc été progressivement établie comme gage de pérennité des efficacités de ces molécules, de même que leur association avec des produits de contact multisites ou bien présentant une résistance croisée avec la première matière active.

Au final, ce sont les utilisateurs de ces molécules qui paient le prix de leur inefficacité lorsque la résistance se déclare.

 

  • Résidus de pesticides :

Les vins de Bordeaux et plus généralement des AOC françaises, sont largement exportés vers l’Europe du Nord, les Etats Unis, les pays Asiatiques, etc.

Pour nombre d’entre eux, des Limites Maximales de Résidus existent pour chaque matière active appliquée et potentiellement résiduaire afin de préserver la santé des consommateurs selon des études écotoxicologiques poussées et propres à chaque administration.

Le risque qu’une molécule soit en quantité supérieure aux LMR d’un pays importateur ou pire, que la molécule ne soit pas autorisée sur le territoire en question, peut s’avérer dramatique pour le vin qui risque d’être bloqué aux douanes et subir une contre-publicité notable si l’affaire est ébruitée.

 

Par chance, toutes les molécules ne se retrouvent pas dans les vins. Les fermentations alcoolique puis malolactique suivies de l’élevage et autres traitements œnologiques permettent de limiter le transfert de tout ou partie des molécules chimiques y compris le cuivre qui précipite au cours de la vinification.

 

  • Conditions d’application :

La mauvaise météo de l’année 2018 a favorisé le développement du mildiou et pénalisé parfois le passage des engins pour traiter, repoussant le renouvellement de la couverture fongicide du vignoble et laissant une porte d’entrée au parasite. C’est un facteur qui, selon les cadences prévisionnelles et organisationnelles des applications, a généré un différentiel d’attaque important entre propriétés parfois voisines.

Les Bonnes Pratiques Agricoles préconisent de respecter un certain nombre de critères techniques pour assurer la performance des traitements de phytoprotection des cultures.

Parmi ces Bonnes Pratiques, la révision et le contrôle annuel du pulvérisateur sont essentiels. Ils doivent être réalisés tous les ans en interne, et par un prestataire agréé « GIP pulvé » tous les cinq ans.

A noter que le référentiel officiel de contrôle des pulvérisateurs développé par le GIP « pulvé » ne permet pas, dans l’état actuel de son contenu et du parc matériel viticole, de garantir la bonne performance de tous les critères d’efficacité d’un traitement sur vigne. En effet, la vitesse d’air en sortie de diffuseurs des « pneumatiques » n’est pas mesurée, ni la vitesse d’avancement du pulvérisateur, gages de la pénétration de la pulvérisation dans la végétation et du bon traitement des grappes.

 

Il convient donc de réaliser – ou de faire réaliser- un contrôle technique spécifique avant le démarrage de chaque saison pour s’assurer du bon fonctionnement de son pulvérisateur en incluant les paramètres non inclus dans le référentiel GIP.

 

  1. Analyse statistique BIOVITIS et perspective d’avenir:

Pourtant, en 2018, certaines propriétés viticoles arborent une situation exempte de maladie, dans tous les systèmes de lutte : conventionnel, Biocontrole, Biologique et Biodynamie. C’est ce que nous observons au sein de la clientèle de BIOVITIS.

Forte de ce constat sur l’hétérogénéité des dégâts de mildiou en 2018, l’équipe de BIOVITIS a entamé une étude statistique pour déceler des facteurs de réussite de la lutte peut-être inconnus et éclairer les viticulteurs pour mieux combattre ce fléau à l’avenir.

Cette étude, encore en déploiement, présente déjà des résultats bien connus des techniciens au vignoble mais qui ont pu être oubliés ou négligés :

  • L’entretien des sols, et notamment la présence d’herbe sous le rang au moment critique de forte sensibilité des grappes, est fortement corrélé avec les dégâts (R2=38%). Toutes choses égales par ailleurs, c’est donc le facteur N°1 en 2018 et bon nombre de propriétés ayant privilégié le retour au travail du sol se sont trouvées dans cette configuration défavorable.
  • La qualité de pulvérisation est impliquée avec 33% de corrélation et nous validons cette information au travers des tests aux papiers hydrosensibles que nous effectuons tous les jours au vignoble, malheureusement.
  • La qualité des opérations en vert (palissage, épamprage) est corrélée à 24% avec les dégâts observés sur grappes à mi-juillet. Les pampres servent de relai au mildiou en début de campagne, et les rameaux prêts du sol favorisent les repiquages sur grappes à l’approche de la floraison.

Plus étonnant est le rôle de l’asphyxie racinaire qui est corrélée à 35% avec le développement du mildiou. Certes, la présence d’eau stagnante favorise évidemment l’algue – et non le champignon- qu’est le mildiou. Mais nous suspectons une stimulation des défenses naturelles ralentie – ou en compétition-  avec l’asphyxie racinaire.

Cette hypothèse nécessitera d’être confrontée aux travaux des chercheurs sur les SDN, mais ce n’est pas la première fois que ce phénomène est évoqué face à la virulence du mildiou.

En 2018, les dégâts sur grappes progressent partout rapidement en juin/juillet. Néanmoins, deux systèmes de lutte semblent mieux résister au sein de notre clientèle:

  • La lutte chimique conventionnelle,
  • La lutte biodynamique.

A l’heure d’écrire ces lignes, il n’est pas possible de donner davantage d’explications sur ces différences que celles évoquées plus haut à titre général.

Nous devrions disposer de nouveaux éléments – et conforter ceux-ci- après intégration et validation de toutes les informations dont nous pouvons disposer au travers du retour d’expérience cette année.

 

Conclusion :

Au-delà des faiblesses particulières, techniques et/ou organisationnelles, il convient de rappeler l’extrême dangerosité du mildiou de la vigne face à une situation déflationniste quant à l’utilisation des pesticides.

Le développement des souches résistantes aux molécules, la perspective de réduction des doses de cuivre en BIO, confirment l’urgence de développer des moyens de lutte alternatifs pour continuer à produire du vin dans notre belle région.

Dans ce contexte, l’arrivée de nouvelles solutions techniques, qu’elles soient génétiques ou à base de solutions naturelles complémentaires, constitue une piste intéressante et prioritaire à explorer.

 

                      

Revenir aux actualités

Retour en haut de page

Le mildiou de la vigne en Gironde en 2018